19.10.2020

Plastiques biosourcés : quel impact sur les terres agricoles ?

Les plastiques biosourcés biodégradables apparaissent comme LA grande alternative du moment pour lutter contre la pollution plastique. Mais alors que les terres et l’eau deviennent également des enjeux stratégiques à l’échelle mondiale, quel impact aura le développement de la production de ces plastiques biosourcés sur nos terres agricoles ?

Le plastique biosourcé : l’alternative pour la lutte contre la pollution plastique ?

Un plastique biosourcé est fabriqué à partir de ressources végétales comme le blé, le maïs, la canne à sucre, la pomme de terre, … parce qu’ils sont moins polluants que les matières plastiques issues de ressources fossiles, et parce que certains (comme le PLA*) sont également biodégradables, ils tendent aujourd’hui à se positionner comme une des alternatives majeures dans la lutte contre la pollution plastique. En effet, afin de « limiter le suremballage et l’utilisation du plastique à usage unique », la Convention citoyenne a notamment proposé en juin 2020 de favoriser « les emballages biosourcés compostables ». Le compostage apparaît en effet comme une option intéressante pour la fin de vie des plastiques ne pouvant être réutilisés ou recyclés parce que trop fins, souillés ou multicouches.

Face à cet engouement, la production du plastique biosourcé s’apprête-t-elle à entrer en compétition avec l’alimentation humaine ou animale ? Voici 6 chiffres clé pour décrypter le sujet !

La part de bioplastiques dans la production annuelle mondiale de plastique

production de bioplastiques

Source : European Bioplastics 2019

Sur les 335 millions de tonnes de plastique produites dans le monde en 2018, 1% seulement concerne la production de bioplastiques.

Les terres utilisées pour la production de bioplastiques

terres agricoles bioplastiques

Source : European Bioplastics 2019

Les terres utilisées pour cultiver les matières premières renouvelables pour la production de bioplastiques représentent environ 0,79 million d’hectares en 2019. Plus concrètement :

Le développement des bioplastiques d’origine végétale

production de bioplastiques

Et demain ? La demande croissante pour ces matériaux, ainsi que le développement et la mise sur le marché de solutions plus sophistiquées, vont encourager des investissements en vue d’augmenter les capacités de production. Le monde devrait donc produire 2.62 millions de tonnes par an dès 2022.

production de bioplastiques en 2022

Source : European Bioplastics 2019

Malgré la croissance du marché, la part de l’utilisation des terres pour les bioplastiques d’origine végétale n’augmentera donc que légèrement.

La production des plastiques biosourcés n’est donc pas prête à entrer en concurrence avec l’alimentation qu’elle soit humaine ou animale. Même en multipliant par 100 la production de bioplastiques dans les prochaines années, la concurrence avec les terres agricoles est quasi nulle.

Gaspillage alimentaire et réduction des déchets

gaspillage alimentaire

Source : plastics market watch, été 2016

En parallèle, un tiers de la nourriture produite est aujourd’hui perdue… Le gaspillage alimentaire a triplé en 50 ans. Aujourd’hui, 1,3 milliard de tonnes d’aliments comestibles finissent chaque année à la poubelle à travers le monde, un chiffre qui pourrait atteindre 2,1 milliards en 2030.*** Dans ce contexte, les emballages plastiques offrent une solution idéale pour aider à réduire cette masse de déchets. Consultez notre article sur l’aspect écologique du plastique pour en savoir plus.

Au-delà de la capacité de conservation de cette matière, le développement des bioplastiques biosourcés biodégradables aura également un impact positif sur les terres agricoles, en améliorant le rendement du compost.

Améliorer la pratique du compostage grâce aux bioplastiques

compostage et matière organique

Source : https://ilsr.org/compost-impacts-infographic/

En développant la pratique du compostage, nous pourrions pallier aux manques de ressources des terres : grâce au compost, les sols sont plus riches, moins malades, leur rétention d’eau augmente, les nutriments se diffusent plus facilement et rapidement dans le sol…

En créant un cercle vertueux autour de la vie du produit en plastique biosourcé biodégradable (de sa conception, à sa fin de vie), un cycle illimité de régénération des ressources s’instaure :

bioplastique et compostage

En compostant les produits en plastique biosourcé, le CO2 produit lors des étapes de la transformation de la matière retourne également à la terre. Après arrivée à maturation du compost, celui-ci est utilisé pour venir améliorer les sols, en leur apportant nutriments et minéraux.

Si jusque-là, gobelets, pots de yaourts, barquettes, capsules et autres films plastiques à base de PLA* étaient uniquement compostables en conditions industrielles, grâce à Evanesto®, il est désormais possible de composter ces plastiques même en conditions domestiques ! En 200 jours, plus vite que la dégradation des feuilles d’arbre ramassées dans le jardin, le plastique végétal va disparaître sans micro particules et sans toxicité dans votre compost.

Moins de déchets et plus de fertilisant naturel pour la planète !

Le saviez-vous : chaque année un citoyen français produit en moyenne 270 kg d’ordures ménagères résiduelles (OMR) et utilise environ 70kg de plastique. Selon les dernières données de l’ADEME le tri des biodéchets à la source permettrait de réduire le poids des poubelles de 30%. En ajoutant les plastiques biosourcés compostables, nous pourrions réduire ce poids de 17% supplémentaires.

 

Et si, loin de concurrencer nos ressources alimentaires futures, le véritable impact du développement des plastiques biosourcés biodégradables était plutôt lié à un réel changement de démarche, de pensée, et de consommation de notre société ?

 

* Le PLA ou Polylactic acid (Acide polylactique) fait partie de la famille des bioplastiques biosourcés et biodégradables, il est issu de ressources renouvelables telles que le maïs ou la canne à sucre.

** Le terme bioplastique désigne des matériaux de deux types : d’une part, de matières plastiques biosourcées (issues de la biomasse : résidus de cultures agricoles, canne à sucre, pomme de terre…) et, d’autre part, de matières plastiques biodégradables qui peuvent être issues de ressources fossiles (réactions pétrochimiques).

***Article « Les clés pour comprendre le gaspillage alimentaire », Science et vie, 24/10/2019

11.11.2020

Aujourd’hui, un français consomme à lui seul 168 pots de yaourt chaque année. A l’échelle de la planète, cela représente 14 910 000 000 kg par an, soit une consommation de 473kg par seconde ! Mais que faire de nos milliards de pots consommés chaque année ? Peut-on se passer du plastique pour ces emballages ?

19.10.2020

Les plastiques biosourcés biodégradables apparaissent comme LA grande alternative du moment pour lutter contre la pollution plastique. Mais alors que les terres et l’eau deviennent également des enjeux stratégiques à l’échelle mondiale, quel impact aura le développement de la production de ces plastiques biosourcés sur nos terres agricoles ?